Nous voilà au Canada, dans l’Ontario, et plus précisément dans la région de Toronto. Nous sommes prêts pour notre prochain périple : la péninsule de Bruce. C’est à 4h de bus au nord-ouest de Toronto. C’est l’un des plus beaux parcs naturels de la région des grands lacs, parfait pour faire notre trek.

Pour nous suivre sur Instagram :

https://www.instagram.com/trek_time/

Jour 1 : Tobermory – Burnt Point

0
kilomètres
0
heure
0
mètres
0
mètres

Il est 16h et nous partons enfin de la petite ville de Tobermory, à l’extrême pointe de la péninsule.

Nous ne marcherons pas longtemps, la tente qui a été pliée sous une grosse averse à Toronto doit absolument sécher. Après une centaine de mètres sur un sentier trop aménagé à notre goût, nous prenons la direction d’une petite boucle de 4km. Mais très vite, nous devons créer notre propre sentier car la Burnt Point est rattrapée par les eaux montantes. En effet, il a beaucoup neigé l’hivers passé, le lac Huron est plus haut que d’habitude. Pas toujours évident :

Nous trouvons une petite place pour notre tente en pleine forêt, à proximité du lac. La baignade est appréciable et le dîner se déroule devant un beau coucher de soleil :

Jour 2 : Burnt Point – Plage déserte (ou presque)

0
kilomètres
0
heures 15
0
mètres
0
mètres

Nous randonnons à travers la forêt : sentier de sous-bois et dalles/rochers. Il fait 20-25°C et humide. Le sentier longe le lac, et dès que nous l’apercevons nous avons envie de nous baigner. Nous nous disons que ce trek ne sera pas d’une grande performance physique, nous avons surtout envie de profiter de l’endroit.

Pourtant, une armée de moustiques nous fait presser le pas. Ils sont une dizaine sur nous, nous sommes en short/tee-shirt et n’avons pas de produit répulsif…

Grosse pause déjeuner à Little Cove. L’eau du lac est translucide, c’est magnifique. Il n’y a pas besoin de s’alourdir en eau, elle est partout, c’est un luxe en trek.

Nous apercevons au loin la plage où nous avons prévu d’installer notre bivouac :

La soirée nous offre encore une fois à un sublime coucher de soleil :

D’ailleurs nous ne sommes pas les seuls à le contempler : des petites têtes sortent de l’eau :

Quelques couleuvres nous rendent visite, et dire que nous venons de nous y baigner…

Jour 3 : Plage déserte – High Dump

0
kilomètres
0
heures
0
mètres
0
mètres

Nuit un peu compliquée. Il y a eu du vent, le lac était agité et donc bruyant. Départ tardif mais précipité par Julie à la vue d’un serpent sur la plage de galet (surement l’un de nos compagnons de la veille).

Le sentier nous fait découvrir des marais, des grottes, des plages…

Nous faisons une pause au camping de Cyprus Lake pour le déjeuner. Il faut passer au bureau du camping, nous avons perdu notre allume-feu, c’est la galère. Forcément, pas de magasin, mais la personne du camping nous offre le sien devant nos têtes désespérées. Nous apprenons alors que la région est réputée pour ses serpents : couleuvres mais aussi serpents à sonnette…

Petit écureuil sur le chemin :

C’est reparti, Julie ne veut pas passer la nuit dans un site qui grouille de serpents, ce n’est pas gagné ! Nous rencontrons deux beaux spécimens sur le sentier. Julie perd son sang-froid et veut arrêter le trek le lendemain dès que nous croiserons une route.

Nous avons devant nous 4km avant le point de chute décidé. Mais nous allons finalement devoir faire 6km pour pouvoir accéder à l’eau, le sentier étant le long d’une falaise. 6km très longs, nous sommes attaqués par les moustiques, c’est difficile de marcher ainsi. Nous arrivons finalement au campement d’arrière pays : c’est un lieu où l’on est autorisé à passer la nuit, avec de vrais perches pour suspendre nos aliments la nuit et éviter d’attirer les ours (les autres nuits nous utilisions une corde). Le dîner devant le coucher de soleil est expédié car les moustiques sont de retour !

Jour 4 : High Dump – Dyer’s Bay

0
kilomètres
0
heures 30
0
mètres
0
mètres

Afin d’établir le campement avant le coucher de soleil et l’arrivée des moustiques, nous partons de bonne heure. La journée s’annonce longue, le sentier coupe par les terres à travers les marécages.

Nous marchons 15min puis nous sommes attaqués par les moustiques. Pantalons et k-ways sont nécessaires pour avancer. Autant vous dire que nous avons vraiment chaud !

La fin de journée approche, nous arrivons à notre point de chute. Le lac y est accessible sauf qu’il n’y pas d’endroit pour camper. C’est un petit hameau très mignon, nous sommes fatigués et nous ne voulons pas remonter dans la forêt pour tenter de trouver un endroit de bivouac. Heureusement, Barbara vient à notre rencontre et nous propose son jardin et des bières. C’est le paradis. Même l’orage qui arrive nous contourne et nous laisse admirer un arc-en-ciel sur le lac.

Jour 5 : Dyer’s Bay – Cape Chin

0
kilomètres
0
heures 30
0
mètres
0
mètres

Nous quittons la confortable terrasse de Barbara (le luxe d’avoir des chaises). Mille mercis !

Nous regagnons le sentier qui longe la falaise et qui nous laisse admirer le lac sous une brume matinale.

Le ciel se dégage et nous observons un rocher en forme de « pot de fleurs » creusé par l’érosion :

De magnifiques araignées et chenilles partagent notre chemin.

Après avoir traversé des champs, forêts et marais, nous arrivons à Cape Chin. Le lac y est accessible, nous allons essayer d’y dormir. Le seul endroit propice au bivouac est interdit au camping. Les plages sont privées et de nombreuses maisons secondaires longent la côte. Nous nous arrêtons quand nous apercevons des personnes pour savoir où l’on peut camper. Le prochain camping d’arrière-pays semble être à 4km, mais la famille K. nous propose son jardin. Ils ont un magnifique cottage familial. Nous prenons un verre avec eux, ils sont charmants. Finalement nous dînerons avec eux, l’hospitalité canadienne n’est pas une légende !

Jour 6 : Cape Chin – Lion’s Head

0
kilomètres
0
heures 15
0
mètres
0
mètres

Nous quittons la famille K. après un copieux petit-déjeuner et des colibris à nos côtés. Merci à Ruth, Daug, June et Wendy ! Nous avons passé un très bon moment en votre compagnie.

C’est plein d’énergie que nous parcourons 9km en forêt. Nous avons bien fait de nous arrêter chez eux puisque l’aire de campement n’existe plus.

A quelques mètres de sortir définitivement de la forêt, Baptiste (qui marche le premier pour éviter que Julie ne voit trop de serpents) s’arrête net. Un serpent à sonnette se dresse sur le sentier et le prévient avec les vibrations de sa queue qu’il ne faut pas avancer plus. En effet, le serpent à sonnette, appelé aussi Massassauga, est le seul serpent venimeux de l’Ontario ! Nous devons attendre au moins 15min pour qu’il s’en aille. Baptiste est trop heureux, Julie le regarde quand même.

Repos à Lion’s Head

Nous nous reposons au camping de Lion’s Head pendant 2 jours. C’est un petit village propice à la détente. Nous avons pu profiter de concerts avec vue sur le joli port, et d’un petit marché local.

Nous avons tout de même fait une petite boucle de 12km pour découvrir le parc naturel de Lion’s Head, avec bivouac à la pointe.

Cette région est aussi réputée pour l’observation des étoiles, il y a peu de pollution lumineuse. Nous avons donc eu la chance de contempler la voie lactée et les nombreuses constellations au dessus de nous.

Au final nous avons parcouru 87km en 6 jours. Nous sommes heureux d’avoir pu découvrir cette région, seulement connue des canadiens.

Petite vidéo des animaux que nous avons pu observer pendant ce trek (attention aux ophiophobes, arachnophobes… certaines images peuvent être dérangeantes) :

Voici le tracé de notre trek :

Pour télécharger nos tracés GPS (enregistrés grâce à l’application ViewRanger) :

Trek-Time_Bruce_Trail