Nous partons de nuit depuis Paris, et nous assistons au coucher de soleil durant les 5h de vol, il fait à peine nuit à notre arrivée à minuit. Nous nous sentons bien à Reykjavik, nous avons le temps, l’atmosphère est reposante, nous avons tellement hâte de découvrir ce pays si différent de ce que nous connaissons. Nous décidons de louer une petite voiture pour 10 jours et de faire le tour de l’Islande dans le sens anti-horaire. Nous prévoyons de faire un maximum de camping sauvage, c’est un pays assez cher.

Pour nous suivre sur Instagram :

https://www.instagram.com/trek_time/

Jour 1 : Le Cercle d’or

Voiture récupérée, coffre rempli (nos repas pour 10 jours), hop c’est parti ! Nous débutons ce road-trip au sud-est de Reykjavik par le fameux « Cercle d’Or » (Þingvellir, Geysir et Gullfoss). Þingvellir c’est le lieu du premier parlement Islandais (au temps des vikings) et l’endroit où l’on peut observer des failles qui illustrent l’éloignement des deux plaques tectoniques nord-américaine et européenne. C’est plus joli et moins touristique vers la cascade d’Öxarárfoss :

Nous voilà ensuite sur le site de Geysir (Jaillir en Islandais). Mais c’est en réalité le geyser Strokkur qui érupte toutes les 10min environ :

Sur ce site, on peut voir de nombreuses cuvettes d’eau bouillonnantes, ça sent le soufre :

Pour terminer cette journée, nous nous rendons à l’impressionnante cascade de Gullfoss avec son énorme débit :

Il pleut par intermittence cette après-midi, il fait environ 15°C. Impossible de trouver un endroit pour poser notre tente en camping sauvage, il y a des panneaux partout pour interdir le bivouac. Nous passons donc la nuit au camping de Fluðir.

Jour 2 : La côte sud – cascades et glacier

Départ en fin de matinée sous le soleil, nous débutons cette journée en admirant la cascade de Seljalandsfoss. On peut passer derrière la cascade, c’est très intimidant :

Peu après, nous apercevons de la route une autre cascade, la célèbre Skógafoss :

Nous continuons sur la route du sud et hésitons à nous arrêter pour aller observer un bras de glacier que nous avons repéré sur la carte. Quelle surprise en arrivant devant après une petite marche, nous restons subjugués devant cet amas de glace en train de fondre lentement. La température proche du glacier nous fait finalement retourner à la voiture.

Nous décidons ensuite d’aller au phare de Dyrhólaey. Il est possible d’y aller à pied ou par un sentier réservé aux 4×4. Il pleut depuis un petit moment donc nous décidons tout de même de prendre la route avec notre petite voiture, finalement ça se fait bien. Nous avons vu sur la plage de sable noir et une belle arche naturelle :

Nous passons ensuite la nuit au camping de Vík í Mýrdal (toujours pas possible pour le bivouac…), il a plut par intermittence aujourd’hui mais c’est le déluge ce soir. Heureusement une salle commune nous permet de manger au chaud (quelques gouttes tombent du plafond mais ça va).

Jour 3 : Au pays des glaciers

Nous partons sour la pluie, nous nous arrêtons au canyon Fjaðrárgljúfur qui est quelque peu sous la brume, ça donne une ambiance mystique.

Nous nous dirigeons ensuite vers le parc de Skaftafell pour une randonnée (2h – 10km) qui permet un accès au belvédère de Sjonarnipa. On arrive alors devant un panorama à couper le souffle face à l’immense langue glacière Skaftafellsjökull :

La randonnée se termine par la cascade Svartifoss avec ses roches hexagonales en forme d’orgue, il fait beau !

Nous croisons beaucoup de moutons, ils sont en liberté un peu partout en Islande (il y a 3 fois plus de moutons que d’habitants).

Puis nous continuons la route pour aller voir le grand lac de Jökulsárlón, mais nous décidons de nous arrêter avant au petit lac de Fjallsárlón (a priori moins touristique). Le petit sentier nous mène jusqu’au pied du glacier et de son lac préglaciaire, sentier qui n’ira pas plus loin :

La vue est époustouflante, il y a une multitude d’icebergs dans la lac, certains morceaux se détachent pour partir se jeter dans la mer. Il n’y a personne d’autre que nous, ce sera donc notre première nuit de bivouac sauvage :

Nous cuisinons les pâtes avec la glace d’un iceberg (un petit glaçon dans le jus de tomate aussi, pas vraiment nécessaire vu la température). Nous nous endormons accompagnés par les craquements de la glace, au début inquiétants (peur qu’une vague nous submerge) puis apaisants. Ça nous arrivera surement une seule fois dans notre vie, trop heureux !

Jour 4 : En route vers l’Est

Départ matinal sous une petite pluie, passage au grand lac de Jökulsárlón (désolé pour la vulgarité), on voit la glace se jeter dans la mer. Sur la route, alternance de glaciers, montagnes vertes ou noires, lacs, la mer tout du long.

Les premiers fjords, ils sont dans les nuages. Nous quittons la route 1 (la grande route qui fait le tour de l’Islande) pour arriver sur des routes en terres, montagneuses avec des dizaines de cascades sur les côtés. Une balade de 45min au lac de Lagarfljót nous permet d’admirer la cascade Hengifoss (accès au pied fermé pour protéger la flore). La cascade est entourée de colonnes de basalte :

C’est reparti pour jusqu’à Borgarfjörður Eystri dans les fjords de l’Est. Au bout de la route après le village, une presque île rocheuse est envahie de milliers d’oiseaux dont des macareux moines (puffin en anglais) :

Nous contemplons ce spectacle magique à quelques mètres d’eux jusqu’au coucher du soleil.

Les macareux moines plongent depuis la falaise vers la mer pour aller pêcher des poissons. Ils remontent ensuite dans leur nid en volant, avec la pêche du jour ou sans rien. Nous surveillons pour en voir un remonter avec du poisson dans le bec, mais nous ne sommes pas les seuls, les mouettes sont aux aguets pour leur voler leur butin !

Jour 5 : Retour sur les terres volcaniques

Retour sur la route 1 et nous traversons un désert de montagnes peu végétalisées. Nous arrivons à la puissante cascade Dettifoss, elle a le plus gros débit d’Europe.

Après quelques heures à observer la chute d’eau, nous allons jusqu’au lac Mývatn pour faire une randonnée de 2h – 12km depuis les « châteaux volcaniques » de Dimmuborgir, vers le cratère de Hverfjall dont nous faisons l’ascension, puis descente dans un champ de lave jusqu’à la faille et cave d’eau chaude (dans les 40°C) de Grjótagjá (« You know nothing Jon Snow » pour les connaisseurs).

Superbe vue sur le lac de Mývatn, nous passons la nuit au camping (Bjarg). Il fait beau, on a sorti les shorts, le soleil se couche lentement sur le lac. Pour info, l’été en Islande le soleil se couche quasiment au nord vers minuit pour 2-3h seulement et réapparaît pas loin d’où il s’est couché, c’est perturbant au début !

Jour 6 : Terre de feu

Toujours dans la région de Mývatn, nous nous promenons autour du cratère Viti et de son lac bleu turquoise.

Il y a de jolies fleurs partout en Islande qui ressemblent à du coton aux abords des sources d’eau :

Drôle de douche chaude qui coule en continu sur la route :

Nous entamons ensuite une balade à travers les marmites de boue bouillonnantes et les solfatares fumantes et sifflantes à Hverarönd. L’odeur de soufre est très forte !

Nous faisons l’ascension du mont Námafjall pour avoir une vue à 360° sur la zone géothermique en pleine activité et voir le contraste entre le ciel très menaçant et les couleurs détonantes provoquées par le soufre du sol brûlant.

Sur la route vers le nord, nous faisons une pause à la cascade de Goðafoss :

Nous remontons le fjord pour trouver un endroit où poser notre tente en bivouac sauvage et peut-être observer des baleines au loin. Nous passons donc la nuit au dessus de Grenivík, superbe vue mais pas de baleine.

Jour 7 : Fjord de Vatnsnes

Super météo ! Nous nous rendons vers les fjords de l’ouest tranquillement, toujours beaucoup de fermes avec des chevaux et moutons, et vraiment moins de touristes. Nous remontons le fjord de Vatnsnes pour tenter d’observer des phoques. Et c’est réussi, nous en avons  vu des deux côtés de la péninsule.

Les phoques en pleine action…

…pendant que d’autres s’amusent :

Jour 8 : Les fjords de l’Ouest

Bonne nuit malgré un spot de bivouac pas très sexy près de la route, mais à l’abris du vent. Nous nous engouffrons dans les fjords de l’ouest sous un ciel bleu !

Pause parfaite avec douche et déjeuner dans une petite piscine chauffée grâce à une source chaude : Hörgshliðarlaug. Elle est au milieu de nulle part au cœur d’un fjord.

Nous poursuivons notre chemin à travers les fjords. On aperçoit un glacier tout au loin. Des phoques se font bronzer au large. Les kilomètres défilent facilement le long des fjords, montagnes abruptes parcourues de cascades, mer, ciel bleu, névés…

Soudain, nous croisons un petit groupe de renards arctiques avec leur pelage brun d’été :

Puis nous arrivons à la cascade de Dynjandi. Elle est facilement accessible et offre une belle balade, rythmée par plusieurs jolies chutes.

Fjallfoss, la plus imposante de Dynjandi, est connue comme le « voile de la mariée ». C’est surement la plus belle qu’on ait vu jusqu’à maintenant.

Nous cherchons à proximité de la cascade un lieu de bivouac. Nous trouvons une pointe de terre au ras de la mer, ce sera un peu sportif pour rejoindre la route avec notre petite voiture le lendemain matin…

Jour 9 : L’extrême ouest de l’Islande

Départ du lieu de bivouac dans le brouillard :

Nous faisons une pause matinale dans une piscine, moins confidentielle que la précédente mais plaisante : Reykjafjarðarlaug. Nous nous rendons à l’extrême pointe ouest du pays, aux falaises de Látrabjarg. Il y a des plages de sables blanc et d’impressionnantes falaises, propices aux oiseaux : macareux, mouettes, goélands, pingouins torda :

Nous nous baladons le long des falaises plusieurs heures.

Nous redescendons tranquillement le long des fjords et nous nous installons notre campement au bord de la mer.

Jour 10 : Péninsule de Snæfellsnes

Nous sortons des fjords de l’ouest pour nous rendre aux abords du volcan Snæfellsjökull (rendu célèbre par Jules Verne, c’est la porte d’entrée pour accéder au centre de la terre).

Puis nous nous promenons sur les côtes ensoleillées du village Arnarstapi.

Nous faisons le tour du volcan en passant dans un immense champ de lave. Nous dormons en bivouac sauvage au pied de ce volcan.

Jour 11 : Dernier jour

Fin du road-trip aujourd’hui. On ne pourra pas admirer la montagne de Kirkjufell, elle a la tête dans les nuages. Pour terminer cette journée, nous nous rendons à la cascade de Glymur, l’une des plus haute d’Islande (198m). Nous nous attendions à une balade, et bien non : randonnée de 2h30, du dénivelé (370m) et un passage à gué (traversée de rivière). C’est bon, nous sommes prêts pour le début de notre trek le lendemain !

La vue sur le canyon :

Pour finir, nous avons parcouru plus de 3000km durant ce road-trip.

Nos coups de cœur : la nuit au bord d’un glacier, les alentours du lac Mývatn, rouler le long des fjords de l’ouest, les piscines d’eau chaude au milieu de nulle part, observer les macareux, les multiples cascades et particulièrement celle de Dynjandi.